Je reviens d’Afrique du Sud

Et je compte y retourner très bientôt! Si j’ai grandement apprécié les arrêts à Cuba et au Zimbabwé, j’ai adoré mon passage au pays de Madiba (Nelson Mandela).

Oh mais toutes mes excuses: je vous embarque dans mes délires sans votre permission. En réalité, mon voyage s’est fait sans bouger de Montréal, sans prendre l’avion. Il m’a simplement fallu me laisser emporter par Lorraine Klaasen et ses invités, dont sa mère Thandie Klaasen.

Avec sa voix chaleureuse, son énergie débordante et ses nombreuses blagues, Lorraine a su nous embarquer dans son univers dès les premières minutes de son spectacle et ce, jusqu’à la fin de la soirée. Son attachement à ses racines qui se transmet à travers son style musical n’a d’égal que sa passion apparente pour la musique. Avec des chansons parlant de sujets comme l’amour, la reconnaissance, l’endurance ou encore le lien mère-enfant, plusieurs émotions ont été explorées. Mais au-delà de cette richesse personnelle, il faut également reconnaître le talent des musiciens qui l’accompagnaient sur scène: Sebastian Andre Whiteman à la bass, Moïse Yawo Matey aux percussions, Joey The Saxman au saxophone, Assane Seck à la guitare, Lionel Kizaba à la batterie et Jean-Claude Julien au clavier ont grandement contribué à cette ambiance « à l’africaine ».

Le public a d’ailleurs très bien répondu à cette générosité musicale. De toute façon, comment se retenir sur des rythmes aussi emballants, avec une chanteuse qui n’hésite pas elle-même à se déhancher sur scène? À plusieurs reprises, nous avons délaissé nos sièges pour nous défouler, nous amuser comme au village, dirai-je!!! 😀

Je m’en voudrais de vous laisser cette semaine sans vous parler de la mère de Lorraine: Thandie Klaasen. Je ne suis pas sûre de pouvoir lui rendre suffisamment hommage à travers mes mots, mais je vais essayer.

Du haut de ses 84 ans, elle possède une voix qui s’accorde à merveille avec la musique jazz dont elle est une représentante. D’ailleurs, elle fait partie des chanteuses de jazz préférée de Nelson Mandela lui-même. L’âge et les épreuves de la vie, loin de la miner, semblent avoir donné de la beauté, de la profondeur à sa voix. Et puisque les « chiens ne font pas des chats », je crois bien deviner d’où vient l’humour de sa fille.

Parce que je me suis sentie comme à la maison le samedi 29 septembre dernier, même si je ne suis pas sud-africaine, j’y retourne sûrement tout à l’heure, avec mon amour du moment: Lorraine Klaasen A tribute to Miriam Makeba 😉

Enam

Publicités

Une réflexion sur “Je reviens d’Afrique du Sud

  1. Pingback: On chante! On danse! Et plus si affinités….. | Enam Musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s